Pension de réversion : démêlez le vrai du faux

Juin 2016
Versée au décès du conjoint, la pension de réversion représente une fraction de sa retraite. Elle est accordée sous certaines conditions. Testez vos connaissances en démêlant le vrai du faux.

1. La pension de réversion est possible entre concubins et pacsés

Faux. Pour prétendre à une pension de réversion, il faut obligatoirement avoir été marié avec le bénéficiaire de la pension de retraite.

2. Il est impossible de percevoir une pension de réversion avant ses 55 ans

Faux. En cas de décès d'un fonctionnaire, aucune condition d'âge n'est exigée pour le conjoint survivant.
Vrai. Si le défunt était salarié du privé ou travailleur indépendant, le conjoint survivant doit attendre d'avoir 55 ans pour demander à percevoir une pension de réversion, et même 60 ans, dans certains cas, pour la réversion Agirc. À noter : contrairement aux règles applicables au secteur public, des conditions de ressources à ne pas dépasser sont également imposées aux retraités du privé.

3. La réversion profite également aux ex-conjoints, dont on est parfois divorcé depuis des années

Vrai. Le partage se fait au prorata du nombre d'années de mariage entre les ex-conjoints dont on est divorcé, et l'époux(se) actuel(le).

4. La pension de réversion est versée automatiquement au conjoint survivant en cas de décès

Faux. Pour la percevoir, il faut en faire la demande au plus vite auprès des différentes caisses de retraite du défunt.

5. Le versement de la pension de réversion s'interrompt dès que l'on se remarie

Vrai. Pour les bénéficiaires d'une pension de réversion du public dès lors qu'ils vivent à nouveau en couple. Qu'ils soient mariés, pacsés ou en union libre, cela leur fait perdre le droit à la pension de réversion. Ils peuvent demander à la percevoir à nouveau en cas de célibat, de veuvage ou de divorce. Attention ! Dans certains régimes complémentaires (Agirc, Arrco...), le fait de se remarier met fin définitivement à la réversion.

6. La pension de réversion représente 100 % de la retraite du défunt

Faux. Elle est égale à 54 % du montant de la pension de base d'un salarié du privé ou d'un travailleur indépendant et à 50 % pour un fonctionnaire, et elle varie de 50 à 60 % pour les caisses complémentaires (Ircantec, Agirc, Arrco...).



Pour aller plus loin
Un dossier complet est consultable sur le site de l'administration française Service-public.fr.

Tous nos sites en 1 clic

Ce Site utilise des Cookies

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres ciblées adaptées à vos centres d'intérêts. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici.